Une saulaie avec deux paysannes

Une saulaie avec deux paysannes

Jean-Baptiste-Camille Corot *

JEAN BAPTISTE-CAMILLE COROT

(Paris 1796 – 1875)

Crécy-en-Brie (Seine et Marne) – Une saulaie avec deux paysannes

Signé Corot (en bas à droite)

Huile sur toile

38X56 cm. (15X22 1/8 in.)

Peint vers 1870-72

Provenance :

M. Decan, Paris, 1875.

Alexandre Servant

Ernestine Servant, épouse Durenne

Elisabeth Durenne, épouse Jacquin

Raymond de Gallard

Puis par descendance au propriétaire actuel

Bibliographie : A. Robaut, L’œuvre de Corot, Paris, 1905, T.III, pp. 236-237, no. 1993 (illustré)

Exposition : Paris, Ecole des Beaux-Arts, 1875, no. 194.

 

Cette œuvre réalisée par Corot vers la fin de sa vie, allie toutes les qualités en termes d’exécution que le peintre a expérimentées tout au long de son œuvre. Dans sa jeunesse, il était plus prés de la réalité et peignait relativement en épaisseur. C’est au cours de toute son œuvre que l’on s’aperçoit qu’il cherche une matière à la fois légère et diaphane pour exprimer l’air qui se diffuse avec la lumière. Ici, il est en pleine possession de cette matière transparente qui lui permet d’être au bord de l’abstraction, c'est-à-dire le point où l’idée de sujet étant plus importante pour lui que la réalité il veut en transmettre le sentiment avant tout.

Les personnages sont alors mis en scène comme des acteurs silencieux et prennent encore plus d’importance dans ce silence. Mais ce tableau est avant tout, derrière une composition remarquable d’équilibre, un pur poème à l’intimité savourable d’un rendez-vous sous les saules, près d’une rivière par une matinée douce et lumineuse. En ce sens, c’est un tableau qui pointe du doigt l’atmosphère si particulière des ces matinées de printemps si chères à Nerval. C’est aussi, avant tout un bijou de contemplation poétique.

 

Gallerie


* Prix et informations sur demande